Facebook

samedi 28 avril 2018

L'Indienne

C'est une jeune femme, je ne sais pas à quelle tribu elle appartient.
Elle est mariée, sont mari et elle partage un immense et bel amour.
Le genre d'amour que l'on ne rencontre pas tous les jours.
Elle l'admire, il est grand beau, fort, il est tout pour elle, sont tout, son univers, ça vie.
Pour lui c'est la plus belle, la plus parfaite des épouses, elle est aussi sont tout.
Les hommes de la tribu se préparent et  partent à la chasse ensemble.
Pendant que sont mari chasse elle vaque à ses occupations et fait le travail qu'elle à a faire, ramasser du bois, nettoyer les peaux, coudre, préparer le repas pour
le retour de son amoureux...
Les tâches terminées elle va se promener dans un champ d'herbe haute, ramasse une brassée de fleurs.Le ciel est bleu, pas de nuages, une légère brise, une belle journée.
Elle rentre au campement.On lui apprend que sont bien aimé  rejoint le monde des esprits.
À ce moment-là tout s'écroule, elle a tout perdu,elle est dévastée par la douleur et le chagrin.
Le village la chasse.
Elle monte sont tipi prés d'un cours d'eau. Elle est seule,abandonnée, trahie... Elle vivra là peu de temps.
La tribu à trahi sont mari, la chasse était un prétexte pour le sortir du village et l'assassiner d'une flèche dans le dos,et ont jetée la veuve comme une mal propre.
Sont chagrin est inconsolable. Elle ne peut pas vivre sans lui.
Elle décide de monter au sommet de la montagne et se laisse mourir de chagrin, dans la solitude et l'indifférence la plus absolue...
C'est l'histoire qu’a revécue Lili la chamane aujourd'hui lors d'un soin.
Aujourd'hui elle a fait face à la tribu. Ce sont eux qui se sont approchés d'elle et on demandé sont pardon.
La vielle chamane lui à attrapée les joues et droit dans les yeux lui à dit:

- Je te demande pardon pour tout le mal que l'on t'a fait.
Elle à put pardonner la tribu et les faire passer dans l'autre monde, se pardonner de s'être laissé mourir et dire au revoir à sont mari bien aimé!

Ce fut un très beau moment partager, très émouvant.
Merci de m'avoir permis de vivre et de ressentir tout ça avec toi

mercredi 11 avril 2018

Katherine
Une dame se présente à moi. Ses vêtements sont d'époque renaissance.
Les cheveux sont longs de couleur châtain , lui tombe dans le dos .
Elle est mal mise, les cheveux en bataille les vêtements froissés.
Elle n'est pas très contente visiblement. Je ressens une forte énergie, de la colère et de l'incompréhension.
Nous sommes trois à partager cette vision. Chacun de nous ayant une bribe d'information nous savons qu'elle veut être reconnu.
Elle nous donne sont prénom qui est Katherine.
C'est une courtisane de la cour, elle est considérée comme une catin, ce qui n'est pas le cas et la contrarie fortement.
Elle est enceinte, l'enfant est le fruit du viol.
L'homme qu'elle aime est loin d'elle et ne peut rien pour la défendre et la protéger.
L'ayant écouté elle se sent mieux et tient   sont enfant dans les bras. Nous lui rendons hommage en levant un verre en sont honneur ainsi qu'a sont sont petit. Je reçois ça charge émotionnelle, je ressens un grand chagrin, je suis très triste et pleure. Je me ressaisis en me rappelant que ça ne m'appartient pas.
Au moment du couché nous éclairons deux bougies. Une pour Katherine et l'autre pour sont enfant.
Une foie dans le lit elle me raconte sont histoire:
C'est une femme de la cour.Pour assoir certains privilèges, sécurité et confort elle accepte de coucher avec les Monsieurs qui peuvent lui offrir tout cela . À cette époque ça se  passé comme cela, bien que les choses n'est trop changées.
Elle est considérée comme une catin, ce qui n'est pas le cas, ça la blesse énormément, mais fait avec.
L'homme qu'elle aime, sont protecteur est loin d'elle.
Katherine découvre ça grossesse, ça la met en joie,même si c'est le fruit de l'abus sexuel.
Elle est dans un carrosse en route pour une destination qu'elle ne m'indique pas.
Assis en face d'elle, un Homme, il l'accompagne, ce n'est pas sont bien aimé.
Ils discutent. Katherine sens le mal être et l’engouasse montée, ça lui serre la gorge et envahie tout son être.
L'homme change de place. Il s'approche d'elle,comme pour l'étreindre, mais au lieu de ça il la poignarde d'un cout  bien placé dans le ventre.
Surprise, confuse, elle s'éteint dans la douleur en pensant à l'homme de ça vie.
Celui-ci aura une vie longue remplie de remords de ne pas avoir pu la protéger, la sauver, car loin d'elle. Ça bien aimée Katherine lui manquera toute ça vie, il mourra dans le chagrin et la solitude.
Katherine m'a fait vivre ça vie pour que je comprenne. Probablement ma compassion ou le fait de partager, je ne sais pas, elle est  soulagée, ce sent bien, quelque chose a transmuté débarrasser,  d'un poids.
Du coup tout change. Katherine n'est plus échevelée, ses cheveux forment une cascade de boucles jusqu'au milieu du dos, le devant et les cotés rassemblés en une jolie attache.
Çà robe et superbe, sont petit garçon lové au creux de ses bras.
Elle me remercie, me dit au revoir, elle peut s'en aller maintenant, mais me d’amande avant de ré éclairer encore deux bougies pour sont enfant et elle dans la chapelle de mon chois. Là où je suis bien!
sorcière
Il fait beau, un vrai jour de printemps, nous décidons d'aller promener à la campagne.
Nous nous arrêtons près de ruines romaine. Il y a un haut monument, la pancarte indique que c'est une construction à l'intention d'un défunt, mais pas enterrée là.
Après avoir regardé le monument sous toutes les coutures, on s'assoie à sont pied posé sur une pierre.
Il fait vraiment très beau, à l'abri du vent, le soleil réchauffe nos peaux et une légère brise nous rafraîchi.
Face au soleil je ferme les yeux pour profiter pleinement de ce moment de bonheur.
Maintenant cinq femmes sont devant moi.
Elles sont vêtues de longue robe blanche, une couronne de fleurs sur le front et la taille ceinturée d'un lien lâche qui descend sur les hanches.
Dans leurs mains un récipient rempli de pétales de roses. Elles dansent en cercle, pieds nus dans l'herbe tout en jetant des pétales.
Je commence à me demander qui elles sont, qu'est ce qu'elles font là et à quelle époque elles appartiennent...
J'hésite entre Celtes, Romaines ou sorcière wiccan.
Je ne sais pas trop,mon cœur finit par balancer entre Celtes et wiccan. Je n'ai pas de réponse, ça ne doit pas être important que je sache.
Ne me sentant pas concernée, j'éclaire une cigarette en étant très détendue je profite de la vision.
Sur ce l'une d'entre elles s'approche et me demande ce que je fais là?
Moi je lui explique avec le plus beau de mes sourires:
 -je profite du soleil en vous regardant et je fume une cigarette
- Ah non, ce n’est pas possible. Tu t'empoisonnes, tes énergies descendent, comment veux tu recevoir ce que l'on te donne?
-ho, c'est pour moi? Merci beaucoup, je n'avais pas compris, je m'excuse et accepte de recevoir.
Les pétales ne sont plus c'est de l'eau magique à la place et elle m'en asperge.
Je sens l'éclaboussure de l'eau, elle pétille comme tout plein de paillettes, j'ai l'impression que ça nettoie quelque chose... il se passe des choses en moi, mais ne comprend pas tout.
Je la remercie, promet d'essayer d'arrêter la cigarette et il est temps de partir.
Encore une jolie rencontre et un très beau moment partager avec ce que je pense être mes sœurs sorcières

mercredi 7 mars 2018

Viking

Nous sommes dans un pays du Nord que je n'est pas identifié, mais qui pourrais être le Danemark.
Un homme se tient debout. Il est très grand, a les épaules larges. Il est vêtu d'un manteau en peau de bette, un pantalon et des bottes hautes en fourrure.
Dans une main il tien une épée de l'autre une hache.
Le bouclier est sur sont dos, pour le tenir, une sangle de cuir traverse ça poitrine.
À la ceinture il porte également un poignard.
Ça femme le regarde pour imprimer
l'image de sont homme dans ça mémoire  .
Il est prêt à partir pour le combat.
Elle s'avance lentement vers lui , sans le quitter du regard, un fils dans les bras et l'autre lui tenant la main.
Devant ça femme il dépose les armes, la serre fort tout contre lui et respire sont odeur. Il profite de cet instant magique, il l'aime tant.
Il dépose un tendre baiser sur ses lèvres, le front, lui promet qu'il reviendra. Il embrasse chacun de ses deux fils et demande au grand de veiller sur ça mère de faire tout ce qu'elle demande et d'être sage.
Ce viking est mort au combat, ça famille a était décimée.
Le souvenir de cette vie lointaine appartient à un ami.
C'est en discutant que j'ai eu accès à cette petite bulle d'un temps passer pour l'aider à finir ce qui est resté en suspens.
Je l'aide à retourner dans cet espace-temps, il voit la même chose que moi, je suis là juste pour le guider.
Le couple est heureux de se retrouvé, ils se disent qu'ils s'aiment. La femme et les enfants comprennent qu'ils ne font plus partie de ce monde.
J'ai la chance d’être observatrice de ce joli moment.
Ils se disent adieux.
Nous revenons dans le présent.
D'avoir pu revivre une partie de cette vie de viking, revoir ça famille, pouvoir lui dire au revoir, à permis à ce monsieur de lâcher une grande partie de ça colère qu'il ne comprenait pas.
C'était une blessure karmique, restée ouverte. La plaie est refermée aujourd'hui.
Quand on commence le développement personnel, on va faire de grands changements au font de nous qui changes un homme ou une femme à jamais...
Je vous dis à bientôt et vous laisse méditer sur ces sages paroles qu'un ami m'a distillé.
Sorcière

Elle s'appelle Gwendoline, habite un petit village de l'époque médiévale.
Sa maison se trouve dans une clairière bordée par les bois.
C'est calme et paisible. Ses journées sont occupées à la cueillette de plantes, baies, champignons et autres.
De ses cueillettes, Gwendoline réduit en poudre et fait toutes sortes de décoctions destinées aux soins.
Elle à la connaissance des plantes médicinales, trouve l'eau, voie les mondes invisibles, peut voir la vie passée, présente et future des gens.
Les femmes du village viennent la voir pour des remèdes, ses dons de voyante et échangent de nourriture ou services.
Les soirs de pleine lune, Gwendoline se vêtit d'une longue robe blanche, met des fleurs dans ses cheveux. La nuit venue elle danse a la lueur de flambeaux pour rendre hommage à la terre notre mère Gaia ainsi qu'aux divinités aux quel elle croie et vénère.
Ça vie, qu'elle partage avec ses enfants n'est que douceur et amour. Les jours sont doux chaleureux et paisibles jusqu'au jour ou ces mêmes femmes qui sont venus lui demander service l'on accusée d'empoisonneuse.
Les hommes sont venus chercher la sorcière, armée jusqu'aux dents.Ses enfants étaient présents, pauvres petits, voir leur mère être capturée et enlevée par la force, ils sont transits de terreur.
C’est enchaîné par les poignets qu'ils l'emmènent loin de ça forêt, de ses enfants qu'elle ne reverra plus.
Gwendoline n'a pas droit à un procès. Elle est exhibée sur la place publique. On lui crache dessus, jette des cailloux et toute sorte de choses pendant qu'un homme-lit à haute vois tout ce dont elle est accusée.
La foule réclame la mort de la sorcière!!!
L'homme prend la décision qu'elle doit périr.
Elle est détachée, toujours enchaînée, mais résignée, elle sait qu'elle n'échappera pas à la mort.
Ils l'emmènent vers sont bûché. Elle avance tête basse tout en recevant des coups. Elle trébuche et tombe à terre.
La foule déchaînée profite pour la ruée de coups de pieds.
Elle entend pleuvoir les insultes:
_Sorcière...
_ Elle fait l'amour avec le diable à la pleine lune, je l'ai vue!...
_Elle invoque les démons...
_Empoisonneuse!...
Gwendoline ne sent plus ni les coups ni les larmes coulées sur ses joues, pas plus  que ce que la foule hurle.
Elle n'a qu'une pensée, ses enfants qu'elle ne reverra plus jamais. Tout son cœur est envahi par la douleur, la culpabilité et le désespoir d'abandonner ses petits.
Que vont-ils devenir?
Elle n'a même pas pu les embrasser une dernière fois, tout ça pour avoir voulu aider, être généreuse et gentille pour ces gens.
C'est de cette façon, ruée de coups, roulé dans la boue que se termine la vie de Gwendoline.

C'est une bien triste histoire, mais s'il doit y avoir une morale ce serait celle-ci pour moi:
Partager sont savoir et ses compétences, les mettre au service des autres pour le bien de tous peut être dangereux, mais quels beaux cadeaux.
Aujourd'hui beaucoup d'entre nous sont prêt à donner et recevoir, mais beaucoup d'autre pas. Il faut juste accepter que l'on ne peut pas sauver la terre entière et que chacun évolue et peut recevoir à sont rythme.
Est-ce que Gwendoline si elle était revenue aurait pardonné?
Je laisse cette question à votre imagination
 

jeudi 1 mars 2018

Lutin

C'est le soir, il fait nuit dehors, la maison est calme, sauf le chat.

Il fait toutes sortes de cascades.
C'est sont quart d'heure de folie comme souvent.
En observent mieux, je me rends compte qu'il ne joue pas tout seul. Ça lui arrive souvent de jouer avec des lutins ou autre...
Les chats ont la faculté de voir ce que nous ne voyons pas, pour la plus par des gens, les fantômes et êtres de la nature entre autres.
Une chose est différente d'habitude, il a un lutin sur le dos!
Je les regarde jouer amusée et j'ai envie de les rejoindre.
Ce qu'il faut savoir c'est que j'ai du parquet au sol dans toute ma maison, il est impossible de se déplacer en silence, le parquet grince.
 Décidé  à les rejoindre, ils sont dans la cuisine.
Je me lève du canapé, le contourne, me dirige vers eux.
Les genoux a terre, mes deux mains sur la deuxième marche, je suis à quatre pâtes, coudes pliés, le haut du corps abaissé, tète relevé.
Je les observe.
Le chat, dit Candy, court dans tous les sens donc avec un lutin sur le dos.
 À cheval sur sont collier il se tient par les moustaches.
Il rit à pleine gorge pendant que le chat essaie de s'en débarrasser en sautant, envoyant les pattes arrière ...
À un moment le chat se rend compte que quelque chose l'observe. Visiblement c'est plus perturbant que le lutin, car Candy arrête de jouer.
Elle se met face à moi, le poil relevé et crache.
Ouuuuu, mais c'est qu'elle me fait peur, Candy est prête à me sauter dessus.
Là, je me rends compte de la position dans laquelle je suis, celle d'un félin!
prenant conscience de ce qu'il se passe, aussi tôt je me redresse en la rassurant:
- C'est moi ma fille! tout va bien
Le chat me reconnaît et se calme, ouf!
Le lutin à disparu et Candy viens réclamer un câlin.

À ce jour je ne sais toujours pas comment il est possible que je me sois déplacée sans aucun bruit pour que Candy ne m'entende pas arrivée et prendre la position d'un félin.
Le mystère restera entier et non élucidé.

samedi 24 février 2018

voyage à la recherche de Soi

Je reçois aujourd'hui une personne a la recherche de sont bien-être. Je me demande comment aller chercher cette partie d'elle même qui sommeille dans un coin.
Nous décidons de partir ensemble  à ça re chercher, la trouver et la ramener dans le présent, la mettre bien au chaud dans sont cœur pour qu'elle puisse grandir et s'épanouir.

Cette personne s'installe confortablement, je l'accompagne dans la relaxation.
Une  foie fait, nous partons au fin fond de sont intérieur.
Nous nous retrouvons dans les bois. C'est très vert, il fait beau, le soleil brille, les oiseaux chantent... C'est un lieu calme et paisible.
Autour de nous il y a toute sorte d'animaux, puis arrive les êtres de la nature, eh oui! encore eux... ils sont toujours là prêts à nous aider et jouer...
Ils invitent la personne avec qui je suis à venir avec eux. L'un d'entre eux lui tend la main et lui demande de le suivre.
Cet être nous invite dans leur royaume, chez eux, quel grand privilège dont je mesure la chance.
Nous le suivons et entrons. Nous sommes attendus, c'est la fête. Il y a de la musique, ils chantent et danse pour nous.
La personne que j'accompagne et invité à jouer, chanter danser avec eux...ce qu'elle fit.
Le moment venu, elle reçoit dans sont cœur un bouton de rose, il lui est demande de le chérir de tout sont amour. Ce bouton de rose s'épanouit et s'ouvre en une rose magnifique d'un rouge sang, elle est superbe
Ce merveilleux cadeau reçu un Faune pointe le bout de sont nez.
Il est tout timide, il demande la permission de s'approcher. La personne en question accepte.
Il vient près de lui , avec  bienveillance et amour. Le Faune joue un air de musique à la flute de pan.
La mélodie est sublime et fait passer tout l'amour, l'envie, la joie de vivre et le désir qu'il peut lui transmettre.
Cette personne accepte également de recevoir ce joli cadeau.
Avant de se dire au revoir, le Faune fait une dernière offrande, il place dans le coeur une boule dorée.
Celle-ci grandie, envahi le corps de  la personne, grandissant et s'épanouissant le doré jailli dur corps physique comme un soleil. Se fessant une pluie d'or dégouline sur  ses corps subtils, les entourant et les nettoyants
il est envahi de doré de l’intérieur et de l’extérieur, c'est très lumineux.
La lumière pénètre dans chaque cellule, chaque brin d'ADN et transmute toutes les peurs et tout ce qui est sombre en pure joie,amour...
Leurs travaux terminent, et la promesse faite de cultiver et chérir ces cadeaux, nous revenons plus riches.

Quelle belle expérience partagée. Je suis heureu
se d'avoir étais témoin de cette merveilleuse aventure que je partage avec vous.